Divers

Candace Bushnell | Le journal de Carrie & Summer and the city

88128202_p

 

Journal de Carrie
Lecture V.F.
Albin Michel Wiz
448 pages
18,25€
Livre de Poche
7,10€

Summer & the City
Lecture V.F.
Albin Michel Wiz
489 pages
18,25€
Livre de Poche
7,10€

 

Synopsis
Découvrez Carrie, ado dans une banlieue du Connecticut, rebelle rêvant du grand amour et de devenir un écrivain célèbre. Lorsque le ténébreux Sebastian débarque dans leur lycée, toutes les filles ont la tête qui tourne. Carrie aussi. Intriguant et imprévisible, Sebastian craque pour cette fille sexy aux bottes blanches et à l’humour ravageur. Mais rien ne se passe comme prévu et, après son diplôme de fin d’année, Carrie décide d’essayer de réaliser son rêve : partir à la conquête de la Grosse Pomme, où se déroulera le tome 2 de ses aventures de jeunesse.

Mon avis
J’ai préféré rassembler les deux livres pour un seul avis parce que les chroniques auraient été trop maigres et répétitives, ce que je trouve inutile. Après tout, vous allez le constater, je n’ai pas été une grande fan des livres. Je vous conseille de regarder plutôt la série, avec Freema Agyeman (Martha dans Doctor Who !).

Après avoir lu ces deux livres, j’ai voulu continuer dans ma lancée et lire Sex & the City mais c’était beaucoup trop pour moi. 35 pages à peine et c’était déjà vulgaire, insipide et l’écriture, peu subtile et esthétique. Pour moi, Le Journal de Carrie & Summer and the City, c’est la même chose en légèrement moins prononcé. Certes, la période couverte concerne une époque où les moeurs se sont lâchés, etc, mais j’ai eu l’impression que le sujet de conversation principal des jeunes personnage était le sexe, au point où ça en devenait une obsession. Et les autres sujets abordés étaient puérils et sans grande importance (alors que le ton donné pouvait nous faire croire aux plus grands maux de l’univers).

Les personnages sont évidemment à l’image des sujets de conversation. Il y a évidemment eu des protagonistes que j’ai préférés à d’autres et je ne dis pas qu’ils sont tous abominables, mais certains étaient vraiment à l’extrême des clichés auxquels on peut s’attendre. Carrie m’a paru bien immature pour son âge, même si elle est plus supportable que d’autres.

Certains faits de société abordés étaient intelligents, comme la sexualité chez les jeunes, les premières fois, l’influence des adultes et des grandes villes sur les adolescents, etc etc. Mais cela a tout de même été mal exploité et je trouve ça bien dommage.

Après ma lecture, j’ai décidé de regarder la série, pour voir d’où venait tout l’engouement que j’ai pu voir autour de cette oeuvre. Et entre nous, j’ai largement préféré la série qui, à mon goût, est bien meilleure que l’oeuvre originale. Beaucoup de choses changent et c’est souvent pour notre plus grand plaisir (enfin, le mien en tout cas). Et puis, dedans, Freema Agyeman est juste excellente (à des kilomètres de son rôle de Martha dans DW). Rien que pour ça, la série mérite d’être regardée.

Je n’ai pas vraiment accroché à l’écriture de Candace Bushnell, que j’ai trouvée pauvre mais bien en adéquation avec le contenu. Alors certes, ça se lit vite et au final, j’ai englouti les deux tomes dans la foulée, mais ça n’a pas été très concluant.

Ma note : 1,5/5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *