Autres, Lifestyle

Everybody needs a second chance… but does everyone deserve it?

Second chance

« So let me redeem myself tonight 
‘Cause I need one more shot at second chances… »
Alex Goot & Against the Current
(Justin Bieber)

Alors que j’approche de la fin de mon premier projet d’écriture, l’idée de seconde chance est quelque chose que je voulais exploiter depuis le début. J’avais aujourd’hui envie d’aborder ce sujet avec vous.

Ce sont dans les derniers instants de l’histoire que tout se joue, que la seconde chance prend tout son sens. Même si je n’avais pas planifié chaque chapitre, j’avais en tête des bribes de scènes éparpillées et le thème de la seconde chance était présent depuis sa création. Je trouvais le symbole intéressant mais il ne m’a tenu particulièrement à coeur qu’un an après avoir eu les premiers flash de l’histoire. Ces traces initiales remontent au 03 avril 2014, donc deux ans environ.

Il y a un an, le 25 avril 2015 précisément, nous avons fait avec quelques autres booktubeuses un meet-up au Café Madam à Paris. Sur l’un des murs, doté d’une porte scellée, un sticker disait ‘Everybody needs a second chance, oh‘. Je n’ai pas pu m’empêcher de voir cela comme un signe, c’est pourquoi je l’ai d’ailleurs pris en photo. Ça ne signifiait peut-être pas grand chose pour d’autres, mais pour moi ça voulait dire beaucoup. Et ça a pris d’autant plus d’ampleur par la suite.

Mon ex était présent à cet évènement. Rien n’aurait pu être plus parfait que ce jour-là, où il me prit dans ses bras pour me dire qu’il avait enfin vu dans mes yeux à quel point je l’aimais en retour. Ironique, quand il m’apprit deux mois et demi plus tard que ça faisait un moment qu’il ne ressentait plus rien pour moi. Lorsqu’il m’a quittée, je lui fis remarquer qu’il n’avait même pas cherché à nous donner une seconde chance… ce à quoi il a répondu que ça ne servait à rien puisqu’il n’y avait rien à sauver. Depuis un an, cette citation me hante, mais pas d’une mauvaise façon. Cette phrase s’est retrouvée sur mon chemin par hasard, mais elle a pris une valeur inestimable pour ma créativité et lorsqu’il fut question de repartir à zéro.

Ouvrir la porte à une seconde chance… c’est un sujet délicat. Il peut toucher divers points sensibles mais aussi offrir un soulagement plein d’espoir. J’ai toujours fait partie de celles qui disaient ne pas donner de secondes chances, jusqu’au jour où j’ai réalisé que je m’en étais pourtant déjà accordées à de nombreuses reprises. Et lorsque j’ai été mise devant le fait accompli de la rupture, une seconde chance aurait été la bienvenue… enfin, est-ce vraiment le cas ? Une seconde chance peut-elle réellement faire du bien lorsqu’un coeur est brisé, lorsqu’un lien s’est défait ? Je ne crois pas. Tout le monde est différent pourtant et certains parviendront à mettre leurs différends de côté. Je fais de mon mieux pour croire aux secondes chances individuelles, tant qu’on les accueille avec gratitude et qu’on ne cherche pas à s’auto-détruire dès qu’une bonne chose arrive par peur que celle-ci nous échappe une fois de plus. Les secondes chances pour les autres, néanmoins, c’est une toute autre épreuve.

Ma mère travaille dans un milieu qui pose aussi beaucoup la question de la seconde chance. Quand il s’agit de traiter le dossier de réinsertion d’un ancien détenu, qu’est-ce qui peut bien justifier de donner une seconde chance ou non ? La citation dit que tout le monde a besoin d’une seconde chance, mais tout le monde en mérite-t-il une ? Est-ce seulement une question de mérite ? Et si oui, qui peut en juger, en décider ? Se repentir d’un crime est-il suffisant pour se reconstruire, pour une nouvelle chance à saisir ? L’adultère a-t-il des circonstances atténuantes, comme certains l’entendent ? Comment trouver la force de refaire confiance, de ne pas s’attendre au pire ? On peut avoir eu tort, eu fait les mauvais choix, pour nous-mêmes et envers les autres. Et on n’est jamais à l’abris d’autres erreurs et de décisions irraisonnables. La seconde chance devrait-elle être systématique ou au cas par cas ?

Certains récits dont j’ai eu vent, certaines situations dont j’ai pu être témoin et l’un de mes personnages m’ont fait remettre en question bien des positions sur lesquelles je campais. Je ne crois pas aujourd’hui avoir changé d’avis sur la seconde chance mais je crois qu’il est essentiel de toujours remettre les choses en perspective et de chercher à faire ce qui est bon, sans égoïsme et avec entendement.

Quoi qu’il en soit, explorer l’idée de la seconde chance, celle qui te fait renaître et celle qui te pardonne, m’aura fait vivre bien des émotions. C’est aussi l’une des raisons pour lesquelles j’aime écrire. Au-delà d’un effet thérapeutique voire cathartique, cela nous permet d’affronter nos doutes, nos interrogations, nos principes et de nous ouvrir les yeux sur un monde qui n’est ni tout blanc ni tout noir. C’est aussi la raison pour laquelle j’adore lire et découvrir des titres qui sortent des sentiers battus comme Forbidden, qui vous mettent une claque et qui vous donnent l’impression d’avoir été aveugle trop longtemps.

« Seconde chance à la vie,
Seconde chance à l’amour,
Et pourquoi pas dix ?
Je préfère les trois voeux du génie,
Le happy-ending et tout ce qui vient autour. »

Amitié, paillettes & arcs-en-ciel,
Justine

7 thoughts on “Everybody needs a second chance… but does everyone deserve it?

  1. Coucou Justine.
    J’ai beaucoup aimé ton article. Concernant la seconde chance, je pense que l’accorder ou se la faire accorder n’entraîne pas toujours quelque chose de positif.
    Je peux en témoigner avec mon ex par exemple. Au bout de 2 ans il m’a lâché comme une vieille chaussette par SMS pour revenir 1 mois plus tard comme une fleur. Je pense qu’il y avait déjà un gros problème à la base. Moi, complètement aveugle, je lui ai laissé cette seconde chance. Mais en l’acceptant je n’ai fait que m’auto détruire… J’ai fais des pieds et des mains pour que notre relation tienne. « Trop bon trop con » je crois dur comme fer à cette citation.
    Seulement encore 3 ans plus tard, notre relation assez malsaine m’a explosé à la figure. Je n’en voulais plus car à force d’accumulation, je ne faisais que souffrir.
    Il y a eu des cachoteries de la part de mon ex telles que la tromperie (comme avec la copine de son meilleur ami) ou bien des mots exprimés à mon égard, et derrière mon dos, très déplacés (Elle est devenue grosse, c’est une gamine et j’en passe). À partir de là, je n’ai rien pu accepter de plus, tandis que je faisais tout pour lui plaire et que, cette fille que je voyais dans le miroir ne me ressemblait même plus.
    Donc voilà ce que j’en fait de la seconde chance : je lui dis « merd* » XD ! J’aurais mieux fait de ne jamais l’accepter !!
    Voilà voilà. Je t’ai un peu raconté ma vie mais je suis entièrement d’accord avec toi que ce soit pour cette article ou pour l’autre.
    Des gros bisous Justine <3

    1. Ba tiens, je viens de lire ton commentaire et n’ai pas pu m’empêcher de te répondre car si moi j’ai pas eu droit à une seconde chance, l’aspect que tu décris, celui où la fille fait tout pour être parfaite aux yeux de son amour (autant qu’il l’est aux siens) jusqu’à se perdre elle-même, ne pas se reconnaître en voyant son reflet et en être complètement déstabilisée, me parle tellement… c’était jamais suffisant. Et j’aurais changé, encore et encore si c’était le prix à payer pour qu’il reste / revienne… ça m’a pourtant pris des mois à comprendre que c’était pas normal du tout. Et ce serait peut-être jamais arrivé s’il m’avait pas quittée. Mais j’irai pas jusqu’à dire que je l’en remercie pour autant, parce qu’une grande partie de moi en a été anéantie à un point que personne ne soupçonne.

  2. Hello Justine !

    C’est très intéressant comme sujet… et déroutant ; je ne sais pas quoi en penser personnellement. Pour moi, (se) donner une seconde chance (seul ou à plusieurs), cela équivaut la plupart du temps à réparer un pont de bois cassé avec un rouleau de gros scotch. Quand tu t’aventures à nouveau sur le pont sans rien changer d’autre… tu t’écroules derechef. Je pense que je suis plus favorable au concept du « nouveau départ », là ce serait comme détruite l’ancien pont et le reconstruire avec du bois neuf et sain. Je ne sais pas si mes métaphores te parlent et si elles apportent quelque chose à la discussion mais voilà mon ressenti.

    En tous cas tout ce qui t’arrive fait de toi celle que tu es, et je pense que tu peux être fière de la personne que tu regardes dans le miroir ;). J’ai toujours autant hâte de lire ton roman.

    Bon dimanche <3

  3. Personnellement je suis hyper mitigée quant aux secondes chances. Parce que si beaucoup arrivent à passer au-dessus de certaines choses, mon côté hypersensible fait que chacune de mes blessures reste ; elles s’atténuent parfois mais ne disparaissent jamais totalement. Alors pour refaire confiance… c’est quasi impossible. J’ai reparlé à une fille avec qui ça s’était très mal passé, mais c’était lié à mon ex alors je me disais que c’était différent, que ça se passerait forcément mieux puisqu’il n’était plus là, et on s’est méga bien entendues pendant environ un an. Sauf que ça a fini par recommencer, c’était franchement violent, et m’a confirmé qu’elle était bel et bien tarée (et je pèse mes mots) et trop nocive pour faire partie de ma vie. Alors j’ai pas spécialement regretté parce que je crois que j’avais besoin de ça, réessayer pour avoir une réponse une bonne fois pour toutes, pour véritablement passer à autre chose dans le sens où je n’avais plus à culpabiliser de l’avoir rayée de mon existence et qu’elle ne me manquait plus. Mais d’un autre côté, elle est tellement forte qu’elle a réussi à me faire perdre une amie que je lui avais présentée… bien que ni l’une ni l’autre ne l’admettent et qu’il y ait certes d’autres raisons, je suis pas complètement idiote, c’est évident. D’autant plus qu’elle avait déjà fait des ravages niveau amitiés du temps où j’étais encore avec mon ex. J’aurais jamais cru rencontrer pareille psychopathe, surtout pas si jeune, et jamais personne n’a réussi à me faire sortir de mes gonds autant qu’elle ! elle parvient à me rendre incontrôlable. Et pourtant je suis loin d’être impulsive, tout au contraire. Alors j’estime que pour pousser à bout quelqu’un de nature très calme, faut vraiment avoir un « sacré » pouvoir ! Pour mon ex, j’ai pas eu droit à une seconde chance, mais je suis incapable encore aujourd’hui de dire si c’est une bonne ou mauvaise chose pour moi. Sur le coup évidemment que je trouvais horrible de ne pas avoir cette « chance » qu’ont eu plusieurs couples, mais maintenant je sais pas. c’est peut-être pas plus mal, mais en même temps jamais je pourrai le remercier de m’avoir abandonnée parce que rien ne m’a plus démolie que ça et il y en a encore des conséquences aujourd’hui… par contre j’ai eu droit à un fameux « c’est pas un adieu, juste un au revoir » qui m’a peut-être plus enfoncée qu’autre chose. Bref, réflexion très intéressante pour laquelle je n’ai pas de réponse !

  4. Coucou Justine !
    Je suis arrivés sur ton blog et j’ai vu la peinture « Girl with a balloon », où il est écrit « There is always hope ». Je suis en 3ème et j’ai choisi cette peinture pour mon épreuve d’histoire des arts. Je compte commencer à travailler dessus demain, et la voir ici ce soir, ça doit être un signe du destin !
    En tout cas c’est un très bel article !

  5. Bonjour Justine
    Je viens de lire cet article fort intéressant sur la seconde chance et je dirais que pour ma part ça dépend des situations et des gens. Seul souci, c’est qu’on ne peut jamais savoir ou bien trop peu ce que la personne fera de cette seconde chance et l’on peut se poser la question, se demander s’il ne faudrait pas un nouveau départ avec quelque chose d’autre, avec quelqu’un d’autre. Réparer les blessures passées avec du neuf.
    Cela dit je peux comprendre que l’on ait envie d’une deuxième chance, moi-même ayant fait quelques erreurs, quelques bêtises, etc….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *