Divers

Isaac Marion | Vivants

82622588_p

 

Lecture V.F.

Bragelonne

288 pages

17,00€

Livre de Poche

6,90€

Synopsis
R a une vie compliquée. Il n’a pas de nom, pas de souvenirs ni de pouls. Mais il rêve. R est un zombie et il est un peu différent. Dans les ruines d’une ville à l’abandon, R rencontre une fille. Elle s’appelle Julie et elle est aux antipodes de ce qu’il connaît. Elle est vivante, palpitante. C’est un jaillissement de couleurs dans un camaïeu de gris. Sans vraiment savoir pourquoi, R choisit de ne pas la tuer. Et c’est le début d’une étrange relation, à la fois tendre et dangereuse. Jamais cela n’était arrivé. R bafoue les règles des Vivants et des Morts et défie la logique, mais il ne peut plus se contenter d’une existence vouée à la mort. Il veut respirer à nouveau, il veut vivre, et Julie va l’aider. Mais leur monde ne se laissera pas transformer sans combattre.

Mon avis
J’avais acheté ce roman en e-book à 0,99€ lorsque Bragelonne/Milady/Castelmore avaient organisé un week end réduction sur ce format-là en particulier. Vivants me tentait depuis un moment mais je n’avais pas de liseuse avant et lire sur l’ordinateur me rebutait. Comme mon chéri m’a offerte une Kindle à Noël, j’ai enfin pu sauter le pas et je dois dire que j’ai beaucoup aimé et j’achèterai le roman en V.O. lorsque j’aurai les sous !

Ce livre est un paradoxe du début à la fin. Si vous cherchez une histoire originale mais pleine de sens, je vous la conseille. Si vous aimez les vraies histoires de zombie bien gores et morbides, je vous conseille de passer chemin. J’ai été sensible au fait que l’auteur souhaite casser le mythe du zombie et en faire une créature qui pense, malgré les caractéristiques qui lui sont propres (les problèmes d’élocution, le besoin de manger du cerveau, etc etc). Mais j’ai bien peur que cela ne plaise à tout le monde et je comprendrais les réticences. En ce qui me concerne, j’ai adoré cette fiction et la savoir adaptée au cinéma me fait à la fois sourire et m’exaspère.

J’ai trouvé ce roman d’autant plus beau puisqu’il est écrit du point de vue de R et qu’il délivre un message très poétique et plein de raison, d’intelligence et d’espoir. Encore une fois, ce qui semble impossible ne l’est finalement pas. Je me suis attachée aux personnages principaux, R, Julie, M, Nora, Perry et Rosso en particulier. Ils ont tous une force et un élément de caractère qui leur est propre, qui m’a touchée. Bien sûr, celui pour lequel j’ai éprouvé le plus d’émotions et de sentiments est R, qui a la plus belle palette de pensées qu’un zombie puisse avoir. En compagnie de tous ces protagonistes, je ne me suis pas ennuyée à un seul moment. Ils offrent chacun une vision puissante, déterminée et émouvante sur la vie, l’évolution du monde et ce qui les entoure.

Ce roman, ce n’est pas qu’un beau message et une morale philosophique. C’est également beaucoup de situations maladroites et comiques qui allègent l’atmosphère et nous font passer un excellent moment. C’est aussi une histoire d’amour pas comme les autres qui mérite d’être entendue malgré, je pense, le scepticisme du plus grand nombre – à commencer par moi-même. J’ai été attendrie par les sentiments éprouvés par R, bien qu’il m’ait fallu un temps d’adaptation avant de réaliser que ce zombie était différent et donc capable d’avoir de l’affection pour d’autres gens. Pour certains, la romance est mal exploitée, pas assez intense. Je pense au contraire – si l’intensité manque effectivement – que cela aurait contribuer à l’impossibilité plus absurde encore de la situation évoquée dans ce roman. Et le roman est tellement plus qu’un simple problème de coeur, que je n’en ai pas tenu rigueur. Vivants, c’est aussi une question d’amitié, de tolérance, de préjugés et de confiance.

Certains détails du livre sont assez inexplicables et vraiment extraordinaires. J’ai été assez surprise de la tournure de l’histoire et du dénouement. De même, ce qui lie R et Perry dans Vivants (il vous faudra lire le livre pour comprendre) m’intrigue toujours. La fin me laisse vraiment pantoise, comme s’il fallait une suite pour avoir d’autres explications et simplement savoir ce qu’il va ensuite se passer. Malgré mon scepticisme, j’ai su apprécier les idées de l’auteur, grâce au récit fantastique qu’il a construit.

Je l’ai lu en V.F. donc je ne peux m’étaler sur le style de l’auteur, mais d’après la traduction, j’aime beaucoup la façon d’écrire d’Isaac Marion. Il écrit de bien sages paroles, qui ont su me toucher et me captiver. Une citation, dont je ne me souviens pas l’exactitude, m’a particulièrement marquée. R réfléchit à une phrase de Julie, où elle fait la différence entre elle et lui et dit qu’elle est humaine. R pense alors qu’il préfère la voir comme une Vivante et lui comme un Mort, mais les voir tous deux Humains. Et j’ai trouvé cela particulièrement beau.

Ma note : 4,5/5

1 thought on “Isaac Marion | Vivants

  1. Super chronique ! Ce livre est l’un de mes préférés, très poétique contrairement à ce que laisserait croire le contexte. Une préquelle de Vivants est sortie peu après la publication de ta chronique (en VO seulement, mais ça n’a pas l’air te de poser de problème), The New Hunger, que j’ai beaucoup aimé encore, je te la conseille vraiment, y a un vrai plus dans cette lecture :)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *