Divers

Martin Page (Pit Agarmen) | Je suis un dragon

9782221144947


284 pages

18,50€


Acheter ce livre

AMAZON –

Synopsis
Margot est une jeune orpheline timide et solitaire. Un jour, elle découvre sa véritable nature : elle est douée de capacités extraordinaires. Ces pouvoirs la terrifient, elle les dissimule jusqu’à ce qu’un événement tragique la contraigne à se dévoiler. On lui demande alors de mettre ses dons au service de l’humanité. Sa vie se partage désormais entre son quotidien de jeune fille espiègle et des missions d’une grande violence. Adulée et crainte, elle devient une icône. Mais peut-on sauver le monde si l’on s’y sent étranger ?

Disclaimer
Ce livre m’a gentiment été envoyé par Robert Laffont et je les en remercie de tout coeur. Ce n’est pas un article sponsorisé et mon opinion est impartiale.

Mon avis
Ce livre m’avait été recommandé par une personne qui travaille chez Robert Laffont ; elle pensait qu’il pourrait me plaire. Le synopsis m’a tout de suite interpellé : les super-héros ? J’adore ça. Les histoires avec des jeunes orphelins qui possèdent des pouvoirs extraordinaires, encore mieux. Puis, j’ai appris que Martin Page était en fait un auteur français (moi j’avais lu son nom genre “Martine Paige”) et alors, ça m’a tout de suite intrigué encore plus. Si vous me suivez depuis un moment, vous savez que je lis peu d’auteurs francophones et que j’ai pris la résolution cette année d’en découvrir plus. Je ne savais donc vraiment pas à quoi m’attendre… et quelle incroyable surprise ce livre a été ! De plus, j’ai eu la chance de rencontrer l’auteur grâce aux éditions Robert Laffont, et l’écouter parler de son livre, de sa perception des choses, m’a d’autant plus fascinée.

Pour commencer, il faut savoir que j’ai dévoré ce livre. Il se lit très rapidement et à mon goût, on ne s’ennuie à aucun moment. La plume de Martin Page est fluide, pleine de réflexion et très visuelle. La douceur se mêle parfois à la violence de manière poétique. Le récit est aussi très bien travaillé, que ce soit dans la recherche des noms et de leurs significations, ou dans la volonté de faire quelque chose d’unique et de différent vis-à-vis du genre des super-héros. D’ailleurs, d’une certaine manière, Margot pourrait être vue comme une anti-héroïne dans quelques passages.

L’histoire est aussi dynamique que sombre, poignante et drôle également. Le roman aborde des sujets importants et des actualités qui pourront résonner avec force dans l’esprit de chacun. Même si la prise de position n’est pas toujours intentionnelle, elle reflète les idées et les principes de l’auteur. On a donc un aspect féministe, on a une critique de la cruauté et des tests sur les animaux. L’auteur aborde les services secrets, la désinformation dans les médias, le pouvoir des hommes politiques et tous les moyens qui sont bons à prendre pour parvenir à leurs fins.

Margot est une héroïne que j’ai adoré suivre tout au long du livre. Elle évolue considérablement et même si je n’ai pas toujours pu m’identifier à elle, je trouve que c’est un personnage fort et incroyable au vu de tout ce qu’elle a vécu et de ce qu’on continue à lui faire vivre. La variété des personnages – que ce soient des pourritures pures et dures, que ce soient des pions qui ne font qu’obéir aux ordres ou des protagonistes qui tentent de faire changer les choses mais qui ne savent pas vraiment comment s’y prendre face à une telle situation – m’a beaucoup plu.

Le livre nous fait voyager entre Paris, Berlin et Washington/New-York (un petit peu)… ce que j’apprécie énormément dans un livre. Ce roman est un peu américanisé, mais on sent la forte patte personnelle et française de Martin Page dans cette histoire, ce qui était vraiment un bonus pour moi.

Quatre scènes du livre m’ont particulièrement marquée. Je veux vous en parler sans vous spoiler, alors j’ai décidé de vous les partager en mots-clés. De la sorte, si vous vous jetez dans l’aventure Je suis un dragon, vous verrez tout de suite de quoi je veux parler. Ce sont les scènes du collège, de l’avion, des étoiles et la salle de laboratoire. Ces scènes sont incroyables et rien que pour elles, le livre vaudrait le coup d’être lu.

Si j’ai adoré le livre, je dois dire que j’ai tout de même été assez frustrée par un aspect en particulier, à savoir le mystère qui tourne autour des pouvoirs de Margot. L’auteur émet trois hypothèses pour expliquer ses capacités surhumaines, mais tout reste assez ouvert. Moi qui aime bien avoir une conclusion propre, pouvoir tourner la page, c’était extrêmement difficile de ne pas avoir d’explication spécifique. Mais j’ai compris le choix de l’auteur lorsqu’il l’a expliqué et je respecte sa décision – un peu sadique tout de même.

Un autre aspect qui m’a empêché d’avoir un coup de coeur pour ce livre – bien qu’il fera partie des livres qui m’ont marquée pendant bien longtemps je pense – c’est le fait d’avoir eu l’impression d’être détachée de l’histoire. Même si je me suis attachée à Margot, même si j’ai adoré l’intrigue, etc. quelque chose m’a manqué… des émotions puissantes m’ont manqué. Je ne dirais pas que le tout faisait robotique, loin de là, mais je ne me suis pas sentie aussi investie par le destin des personnages que je ne l’aurais voulu.

Je pourrais encore parler longtemps de ce livre mais cette chronique est bien assez longue comme ça… et au final, tout ce que j’aimerais vous dire, c’est d’aller acheter ce roman et d’en faire l’expérience par vous-même. Ne soyez pas freinés par l’extrême sobriété de la couverture (sans le bandeau avec l’illustration, le livre fait très… nu) parce que le contenu est tout sauf sobre. De même, le titre n’implique pas vraiment la présence de dragons. C’est une image et une identité, mais vous en saurez plus sur ce détail intrigant en lisant le livre. Et sachez également qu’il peut aussi bien être lu par des jeunes que par des adultes, par des fans de super-héros que par des lecteurs peu attirés par ce “genre populaire” Je pense que chacun peut y trouver quelque chose. Et si vous avez aimé Vicious de V.E. Schwab ou la série Misfits, je pense que vous serez tout à fait séduits par cette lecture.

En tout cas, je vous recommande donc chaudement ce roman et j’espère que je serais parvenue à vous convaincre de vous laisser tenter… en ce qui me concerne, j’ai maintenant très envie de découvrir l’autre titre de Martin Page sous son pseudonyme Pit Agarmen qui s’intitule La nuit a dévoré le monde et qui met en scène des zombies : autant dire que je suis on ne peut plus enthousiaste à l’idée de le dévorer (sans mauvais jeu de mots).

Je remercie les éditions Robert Laffont pour cette agréable surprise et pour m’avoir offert l’opportunité de rencontrer cet auteur très sympathique et très intéressant.

Ma note : 4,5/5

Et vous, qu’avez-vous pensé de ce roman si vous l’avez lu ? Si ce n’est pas le cas, vous tente-t-il ? :)

4 thoughts on “Martin Page (Pit Agarmen) | Je suis un dragon

  1. Merci pour votre lecture !
    Je comprends (même si je tiens à mon choix) la logique de votre réserve concernant la non élucidation certaine de l’origine des pouvoirs de Margot.
    Bonne continuation,
    Martin

  2. Encore et Encore des Articles !!! J’aime te lire Bah ouiii J’aime Lire !!! lol
    Tu me fais découvrir tout un tas de chose qui ma permis d’élargir encore plus mes lectures

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *