Culture, Écran

Sélection de 5 films avec New York en toile de fond

New York me manque au quotidien. Il y a un an jour pour jour, je quittais cette ville qui, en 4 mois à peine, était parvenue à rattraper mon cœur en pleine chute. C’était inespéré, extraordinaire, vertigineux. Ce n’était aussi qu’une parenthèse surréaliste trop courte qui semble aujourd’hui avoir appartenu à quelqu’un d’autre. Les souvenirs sont les miens, indéniablement, mais les expériences auraient tout aussi bien pu être vécues par mon ombre. J’ai comme l’impression d’avoir traversé un rêve, une illusion, ou d’avoir été, le temps de quelques semaines, le personnage d’une incroyable fiction…

Alors, à défaut de pouvoir réincarner cette héroïne marchant d’un pas déterminé à travers le quadrillage des immenses avenues de Manhattan, je voulais partager avec vous 5 fictions qui m’ont rappelé New York avec charme, poésie, humour, tendresse, poigne et amour. Cette sélection concerne uniquement des comédies/drames romantiques assez récents (de 2013 à 2016) mais qui sont, à mon sens, passés inaperçus. Je n’irais pas jusqu’à dire que ce sont des films méconnus ; toutefois, je n’ai pas eu le sentiment qu’ils aient fait un carton particulier. L’un d’entre eux a tout de même été nommé 3 fois aux Oscars, alors je peux me tromper. Quoi qu’il en soit, peu importe leur succès commercial, ces dromédies (contraction de drame et comédie ; normalement cela désigne un film qui mélange les deux, mais ici on l’utilisera pour toute la sélection) romantiques made in New York sont de qualité et méritent, selon moi, davantage de visibilité.

 

Dans les années 50, attirée par la promesse d’un avenir meilleur, la jeune Eilis Lacey quitte son Irlande natale et sa famille pour tenter sa chance de l’autre côté de l’Atlantique. À New York, sa rencontre avec un jeune homme lui fait vite oublier le mal du pays… Mais lorsque son passé vient troubler son nouveau bonheur, Eilis se retrouve écartelée entre deux pays… et entre deux hommes.

J’ai vu Brooklyn [DVD/Blu-Ray]* au cinéma avec mon amie blogueuse Noémie. Si mes souvenirs sont bons, on en était toutes les deux ressorties un peu mitigées, à la fois charmées par la cinématographie et moyennement convaincues par l’histoire d’amour, qui domine tout de même l’intrigue. Mais, lorsque je l’ai vu pour la deuxième fois dans l’avion qui me transportait d’un continent à l’autre, j’ai su l’apprécier davantage. Je reste perplexe devant la romance (selon moi, il manquait une étincelle, une alchimie pour que la relation fonctionne à l’écran), mais je me suis beaucoup reconnue dans le personnage d’Eilis. Entre Irlande et New York des années 50s, une Saoirse Ronan excellente dans la peau de son personnage, ce film nous fait voyager autant physiquement que dans l’émotion. C’est une fiction à la fois simple et poignante sur l’expatriation, la femme et la liberté.

 

Gretta et son petit ami débarquent aux USA pour vivre de leur musique mais leur idylle vole en éclat quand, aveuglé par la gloire naissante, il la quitte lâchement. Avant de repartir à Londres, Gretta décide de passer une dernière nuit à New York avec son meilleur pote. Ce dernier l’emmène dans un pub, la pousse à chanter sur scène. Dans la salle, un producteur noie sa dépression dans l’alcool. Amer, rancunier, perdu, il entend soudain cette voix qui le réveille brusquement de sa torpeur.

J’ai vu Begin Again, ou New York Melody [DVD/Blu-Ray]* en français, grâce et avec ma talentueuse amie Johanna, peu de temps après une rupture douloureuse et un an avant de partir à New York. Autant vous dire que j’ai fini, comme pour tous ces films touchants, la larme à l’œil mais regonflée à bloc. La grâce du personnage de Keira Knightley, l’amabilité du personnage de James Corden, l’arrogance du personnage d’Adam Levine, la maladresse du personnage de Mark Ruffalo et l’innocence rebelle du personnage d’Hailee Steinfeld donnent de la couleur à l’histoire déjà pleine de vivacité et prenante. La bande originale* est superbe (petite préférence pour Like a Fool & Lost Stars, qui ont fortement résonné en moi) et l’intrigue est à la fois drôle, piquante, émouvante. Un beau message d’aller de l’avant.

 

Suite à une terrible tragédie, un publicitaire new-yorkais à la réussite exemplaire sombre dans la dépression. Ses collègues échafaudent alors un stratagème radical pour l’obliger à affronter sa souffrance de manière inattendue

J’ai vu Collateral Beauty, ou Beauté Cachée [DVD/Blu-Ray]* en français, vingt-quatre heures avant de quitter New York, avec ma brillante amie Jeanne. Autant vous dire que c’est sans doute l’une des choses qui marquera le plus la fin de mon voyage. La dernière prise de vue du film, qui n’est pourtant absolument pas triste pour un sous, m’a fait pleurer comme une madeleine à la pensée de ce que j’allais laisser derrière moi. De toute façon, ce film est émouvant et vous arrachera peut-être quelques larmes même sans l’attachement à Manhattan. L’idée du scénario était vraiment bien trouvée (je suis assez friande des allégories), les performances étaient plutôt bonnes (sans que ce soit bluffant) et l’intrigue est parvenue à me surprendre (ce n’est pas le cas de tout le monde, j’ai été facilement dupée !).

 

New York, le temps d’une nuit. Après s’être fait voler son sac à main, la jolie Brooke loupe son train pour Boston. Sur son chemin elle croise Nick Vaughan, musicien. Destinés à se rencontrer, ils vont vivre une nuit pas comme les autres qui pourrait bien changer le cours de leur vie

J’ai vu Before We Go [Disponible sur Netflix] à mon retour de New York et le film m’a tout de suite rappelé la nuit blanche que mon amie Jeanne et moi avons faite à Manhattan à l’occasion de l’élection de Donald Trump. Nous avions d’ailleurs rencontré un jeune français, Barthélémy, et ce que l’intrigue a de résonnant avec tout ça, c’est que dans la ville qui ne dort jamais, on a vite l’impression que tout peut arriver : coïncidences, heureux hasards, concours de circonstances. Le film n’est pas révolutionnaire mais l’ambiance et l’atmosphère qui sont si particulières à New York la nuit ont été plutôt bien retranscrites à l’écran.

 

 

Une jeune diplômée du lycée arrive à Harvard et n’a aucune idée sur la façon dont elle doit s’intégrer.

J’ai vu Carrie Pilby [Disponible sur Netflix] peu après le décès de ma maman et, pour moi, ce film conclue très bien cet article. L’identification, c’est le maître mot de ces longs-métrages. Carrie Pilby, c’est moi, en beaucoup plus intelligente. Ce film m’a parlé sur tellement de choses… les doutes concernant l’avenir, le manque de la mère disparue, une relation paternelle compliquée, la difficulté de faire confiance après s’être fait rejeté(e) en beauté, le cynisme qui s’en suit, et cesser ou non de croire en l’espoir… C’était peut-être finalement très personnel, mais j’ai été profondément touchée par les messages de l’histoire. Le film est d’ailleurs adapté du livre éponyme de Caren Lissner. Le livre avait été publié par Darkiss (une ancienne collection de Harlequin) mais la publication a été arrêtée. À vrai dire, selon Goodreads, les avis sont plutôt très mitigés sur l’intrigue et le personnage de Carrie. N’ayant pas lu le bouquin, je ne saurais vous faire la comparaison, mais le film seul, en tout cas, m’a beaucoup plu. En tout cas, les fans de Once Upon a Time seront peut-être ravis d’apprendre que Colin O’Donoghue y a un rôle plus ou moins important.

Comme vous pouvez donc vous en douter, je ne peux que vous recommander ces 5 films qui, à mes yeux, sont une ode à New York mais aussi à la femme, aux rencontres bouleversantes, aux fins déchirantes et aux nouveaux départs. Bref, je vous assure qu’il y a de quoi se faire une belle soirée film, emmitouflé(e) dans votre pyjama favori. En plus, si vous connaissez des mordus de dromédies romantiques et de la Grosse Pomme, cela pourrait faire un beau cadeau pour les fêtes ou anniversaires !

Avez-vous vu certains de ces films ?
Autrement, lequel vous tente le plus ?
Avez-vous des films doudous méconnus à me conseiller ? 

Disclaimer : les liens marqués par * sont affiliés, ce qui signifie que je touche une petite commission pour tout achat effectué via ce lien. Ils ne changent en rien le prix de vente, et vous n’êtes bien sûr pas obligés de les utiliser. Si vous les utiliser, en revanche, je vous remercie pour votre soutien ♡

5 thoughts on “Sélection de 5 films avec New York en toile de fond

  1. Coucou Justine !! Article super intéressant !!! j’avais commencé Brooklyn mais je n’était pas très emballé, je lui donnerais peut-être une seconde chance !!! Par contre, j’ai beaucoup aimé begin again !!! merci pour ces idées de films mais ils attendront un peu car là je suis à fond dans les téléfilms de noël guimauves (venez me sauver svp !!!) Moi en film ayant comme cadre New York, je dirais il était une fois, coup de foudre à Manhattan, maman j’ai encore raté l’avion…..

    Merci pour cet article et prends bien soin de toi !!!!

    Nadège !!!!

    1. Hello Nadège !
      Merci pour ton commentaire :D
      Ha bah tu vois pour Brooklyn j’étais comme toi et après ça m’a vraiment touchée mais c’était après que je m’étais expatriée à NYC donc ça m’a peut-être parlé pour cette raison !
      Oui Begin Again est super ^^
      Hahaha je comprends totalement, je suis aussi dans ma période films de Noël ou films très guimauves ^^
      Joyeuses fêtes à toi !
      Bisous xx

    1. En fait, dans le texte, j’ai mis « films récents » – je voulais faire une recommandation de films qui ne dataient pas de plus de 5 ans, le plus vieux date de 2013 pour Brooklyn. Mais je suis d’accord avec toi pour Remember Me, c’est un de mes films préférés !

  2. J’ai vu Carrie Pilby grâce à toi qui en avais parlé sur Instagram en story je crois. J’ai beaucoup aimé ce film. Alors merci pour les découvertes ;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *