Divers

Anna Carey | Once (Eve #1)

80630685_p

 

Lecture V.O.

HarperCollins

354 pages

Anglais : Facile

Synopsis (traduit par mes soins)
Lorsque tu es traquée, à qui peux-tu faire confiance ? Pour la première fois depuis qu’elle s’est échappée de son école quelques mois plus tôt, Eve peut enfin dormir sur ses deux oreilles. Elle vit à Califia, un havre pour femmes, protégée du destin terrifiant qui attend les filles orphelines de la Nouvelle Amérique. Mais sa sécurité a un prix : elle a dû abandonner Caleb, le garçon qu’elle aime, blessé et seul aux portes de la ville. Lorsque Eve entend dire que Caleb a des ennuis, elle se lance de nouveau dans un périple à travers la nature pour venir à son aide, pour finalement être capturée et emmenée à la Ville de Sable (City of Sand en anglais), la capitale de la Nouvelle Amérique. Prise au piège, Eve découvre un secret troublant sur son passé et doit faire face à la dure réalité de l’avenir qui l’attend. Lorsqu’elle apprend que Caleb est en vie, Eve tente de fuir sa prison afin qu’ils puissent de nouveau être ensemble mais les conséquences pourraient s’avérer mortelles. Elle doit prendre une décision désespérée pour sauver les personnes qu’elle aime ou risquer de perdre Caleb pour  toujours.

Mon avis
J’avais beaucoup apprécié le premier tome de cette trilogie ; ça n’avait pas été un coup de coeur mais une très belle découverte qui avait mérité un 4,5/5. J’avais donc hâte de lire la suite. Pourtant, ce deuxième tome a pour moi été un peu décevant. La première partie du livre ne m’a pas vraiment plu ; les rebondissements de l’intrigue m’ont paru rocambolesques et peu cohérents. La dernière partie du roman était meilleure, l’action plus présente et le rythme plus rapide et donc plus palpitant.

La dimension féministe qui m’avait régalée dans Eve a vraiment été mal exploitée à mon goût dans Once. La solidarité a laissé place à l’égoïsme et à la cruauté des femmes de Califia. Certes, l’histoire se situe dans un monde post-apocalyptique où la vie est difficile, notamment lorsque l’on sait que Eve est très recherchée, mais si le gouvernement à renverser n’est pas le seul organisme arbitraire et injuste, alors il n’y aucun espoir de voir l’équilibre se rétablir et d’arriver à une société plus paisible. D’autant que la grosse révélation qui suit l’arrivée de Eve à la Ville de Sable est complètement à côté de ce que l’on imagine. Du coup, la tentative de trahison des femmes de Califia n’aurait fnalement pas apporté grand chose à l’histoire. L’intrigue, les rebondissements et les péripéties des 200 premières pages sont ponctués de défauts et de confusion qui ont désavantager le roman. Les 150 dernières pages ont vraiment remonter le niveau du livre avec plus d’actions, une stratégie mieux exploitée et un rythme plus soutenu.

J’ai un peu moins accroché aux personnages bien que j’aie tout de même passé un agréable moment en leur compagnie.  Je note l’effort de l’héroïne d’essayer de faire les choses comme il faut afin de rétablir l’ordre et la justice. Elle est un peu trop maladroite, n’a peut-être pas les épaules assez larges pour tout supporter, mais elle y met du coeur et cela se ressent. Caleb est un personnage que j’aime beaucoup, espiègle et sérieux à la fois, il a la tête sur les épaules tout en prenant les risques qu’il faut pour faire changer les choses. On rencontre un ou deux nouveaux personnages qui ont un caractère opposé mais intéressant ; cependant, pour le reste, je n’ai pas trouvé les protagonistes malintentionnés plus charismatiques que cela, voire un peu fades et déjà vus.

Je lirai tout de même le troisième tome car l’histoire de fond m’intrigue vraiment. On en apprend un peu plus sur les amies de Eve restées à l’école mais le sujet reste encore flou et j’attends le dénouement avec impatience pour savoir ce qu’il adviendra des filles et des garçons au service du gouvernement de la Ville de Sable. Je me doute que Rise (Eve #3) s’intéressera particulièrement au soulèvement du peuple, et il me tarde de voir comment la trilogie va se terminer. J’espère juste que la fin sera meilleure que Once, qui n’avait rien d’extraordinaire (amour interdit, mensonges, etc etc) et qui a mis du temps à avancer dans une direction plus cohérente et excitante.

Ma note : 3/5

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *