Divers

Gary Ross | Hunger Games

73974008_p

 

Synopsis
Chaque année, dans les ruines de ce qui était autrefois l’Amérique du Nord, le Capitole, l’impitoyable capitale de la nation de Panem, oblige chacun de ses douze districts à envoyer un garçon et une fille – les “Tributs” – concourir aux Hunger Games. A la fois sanction contre la population pour s’être rebellée et stratégie d’intimidation de la part du gouvernement, les Hunger Games sont un événement télévisé national au cours duquel les tributs doivent s’affronter jusqu’à la mort. L’unique survivant est déclaré vainqueur.
La jeune Katniss, 16 ans, se porte volontaire pour prendre la place de sa jeune sœur dans la compétition. Elle se retrouve face à des adversaires surentraînés qui se sont préparés toute leur vie. Elle a pour seuls atouts son instinct et un mentor, Haymitch Abernathy, qui gagna les Hunger Games il y a des années mais n’est plus désormais qu’une épave alcoolique. Pour espérer pouvoir revenir un jour chez elle, Katniss va devoir, une fois dans l’arène, faire des choix impossibles entre la survie et son humanité, entre la vie et l’amour…

Mon avis
Le jeudi 15 mars, j’ai assisté à l’avant-première parisienne du film Hunger Games grâce à Raphaël et Sixtine de Way To Blue Fr.

Ayant dévoré et adoré la trilogie de Suzanne Collins, j’avais très peur que le film se soit contenté de se concentrer sur “l’amour” de Peeta et Katniss, ou qu’il ait évité de trop en montrer pour que le film soit accessible à tous. Après tout, le livre est centré sur la violence, alors pourquoi pas le film ? C’est certes différent à l’écran, mais les images que l’on se fait dans la tête grâce aux mots peuvent être aussi choquantes… Bref, je partais avec beaucoup d’appréhension et finalement je n’ai pas été déçue malgré quelques reproches à faire !

Tout d’abord, je salue le travail de Gary Ross, le réalisateur et scénariste, qui est resté très fidèle au livre malgré quelques changements essentiels à la production. J’ai sincèrement eu l’impression de lire Hunger Games en images… c’est à la fois très étrange et très satisfaisant comme sensation. Je me suis prise au jeu de la même manière que dans le livre, et j’ai retrouvé l’adrénaline et l’excitation qui m’avaient submergée pendant ma lecture !

Au niveau des fameux changements, certains ont été judicieusement choisis et ont énormément apporté au film, tel que le fait de mettre en scène les organisateurs et la régie des Jeux de la Faim. C’était une excellente idée de montrer ce côté du jeu télévisé, dans la mesure où cela souligne la richesse du Capitol et la dimension futuriste du livre. De même, il était très astucieux de ne pas oublier les spectateurs du jeu, qui ont eux aussi un rôle à part entière dans l’histoire. Puisque le film ne pouvait pas être du seul point de vue de Katniss, il était difficile de “donner la parole” à tout le monde, mais Gary Ross s’en est admirablement bien sorti. Quelques autres ajouts, dès scènes en plus – que je ne révèlerai pas ; surprise, surprise ! – m’ont agréablement surprise et ont contribué aux différents contrastes du film, à savoir la violence, l’amour, la peur, la famille, etc… Un seul changement m’a gênée – que je craignais d’ailleurs depuis les trailers – c’est bien entendu l’entrée de la broche du Geai Moqueur dans la vie de Katniss. La présence de Marge dans les livres m’avait semblé importante pour la signification même du symbole qu’il porte.

Quant à la performance des acteurs, je n’ai absolument rien à redire. Je ne m’attendais pas à autant de réalisme et je dois avouer que je ne pensais pas être aussi convaincue par leur jeu. Que ce soit le duo principal, mais également les autres membres du cast. Certains m’ont éblouie et réellement surprise, tels que Lenny Kravitz (the man can sing & play, let me tell you!), Woodie Harrelson, Elizabeth Banks, Wes Bentley, Alexander Ludwig, Dayo Okeniyi et Willow Shields. Pour le reste du cast, plus connu, je savais qu’ils seraient fabuleux dans leurs rôles, notamment Stanley Tucci et Donald Sutherland (et mon Liam.. ;p). Mon coup de coeur de ce film est le même que pour le livre : Amanda Stenberg, aka Rue, m’a bluffée et je lui souhaite un très grand avenir ! Tous autant qu’ils sont, ils ont su faire honneur à l’oeuvre et aux personnages d’origine !

Les décors et les costumes sont absolument magnifiques ; le District 12, le Capitol, le plateau des Jeux de la Faim : autant d’excentricité que de pauvreté, autant de beauté que de réalisme. Vous ne manquerez pas d’être émerveillés. Pour les filles – comme pour les garçons intéressés par la mode – vous rêverez de porter les robes, faux-cils et d’être maquillées comme certaines ! Vous entrerez dans un monde complètement différent, et vous vous laisserez plonger dans cette richesse futuriste… Du moins, ça a été le cas pour moi.

La violence est présente dans le film, peut-être pas autant que dans le livre, peut-être plus retenue et moins gore que l’on ne l’imagine, mais les bains de sang, les armes et la mort rythment avec effroi les deux heures de Hunger Games. Celle-ci est allégée par l’amitié de Katniss et Rue, le semblant d’histoire d’amour qu’il existe entre Katniss et Peeta et par le Capitol et certains de ses membres. L’humour est également omniprésent et vient contraster parfaitement avec la dimension accablante et pesante de l’histoire. Certains passages sont très touchants, et plus particulièrement un – que vous ne raterez pas -, qui m’a d’ailleurs arraché quelques larmes…

Je déplore malgré tout certaines choses : l’équipe de maquillage du Capitol de Katniss est complètement passée inaperçue, si ce n’est complètement inexistante ; or ils ont un rôle à jouer dans les prochains tomes et avaient leurs places dans le film. Mais ce qui, je crois, est le plus gros bémol et a porté préjudice au film est le manque de musique. Certaines scènes des trailers étaient accompagnées d’une musique d’ambiance qui transmettait beaucoup d’émotions et qui s’accordait à la perfection avec ces passages douloureux, mais qui a été enlevée dans le film. J’ai trouvé cela extrêmement dommage, d’autant que je ne comprends pas pourquoi avoir supprimer un apport en plus, qui ne gênait en rien au bon déroulement de la scène. Aucune chanson – ou presque – présente sur la BO n’a été diffusée pendant le film, et la bande sonore n’a pas été suffisamment mise en avant. Je suis intransigeante vis à vis de cela, étant très attachée à la musique, et encore plus au cinéma. Elle peut changer un moment, nous faire rire ou nous faire pleurer. C’est un accompagnement qu’il fallait, à mon goût, ne pas laisser de côté. Pour finir, la fin a été modifiée ; ils auraient pu y consacrer quelques secondes/minutes de plus, je ne comprends pas pourquoi ils l’ont bâclée. Surtout que, partir sur une mauvaise note après un film aussi bon, c’est tout de même dommage. J’ai vraiment eu la sensation qu’ils voulaient en finir au plus vite, et ça m’a énormément gênée. J’ai été déçue de ces derniers instants…

Malgré cela, j’irai sûrement revoir le film à sa sortie (le 23 mars pour moi, et le 21 mars pour les habitants français et belges) et j’ai été agréablement surprise par cette adaptation cinématographique. Ce n’était pas gagné d’avance, alors bravo au réalisateur et au cast pour leurs performances et leur talent !

Bon cela dit, je suis un peu effrayée par le fait que le film soit sans cesse comparé à Twilight et qu’il y ait autant de “groupies” pour une histoire qui à la base n’est pas censée faire glousser à tout va. Maintenant que le phénomène Hunger Games est lancé, je crois qu’il faudra se mettre à l’abris dans les salles de cinéma, et encore plus pour les prochains volets.

J’ai été spectatrice, et vous, le serez-vous ? ;) Puisse le sort vous être favorable ! Merci encore à Way to Blue pour l’opportunité qui m’a été donnée !

Ma note : 4/5

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *